Donner ses organes, un geste remarquable pour la vie !

26/02/2019

 

Chacun d’entre nous peut décider dès à présent de donner ses organes pour que d’autres personnes puissent continuer à vivre. Voilà le message fort que les 130 enfants de 5e primaire ont reçu fin janvier.


Les 6 classes de 5e primaire de l’ISJ ont été accueillies du 29/01 au 31/01/2019 à bord d’un semi-remorque, le Federal Truck Beldonor, par Madame Isabelle Senepart et par un Témoin qui a été greffé récemment. Merci à eux !

 

 

Au programme:


° petite présentation de la campagne « Don d’organes, don de vie ! »
° présentation du don d'organes 
° nouveau jeu (en équipe, sauver le maximum de personnes en ramenant les organes vers l'hôpital)
° dessins réalisés à bord (cette année, les dessins récoltés seront exposés dans le cadre de la Journée Européenne du Don d'Organes en octobre
° échanges de bracelets,...

° passage au photomaton et photo de groupe pour terminer l'activité

° distribution de sacs, de brochures, …

 

Pourquoi est-il important de se déclarer donneur de ses organes ?


Parce qu’en Belgique, 1300 patients sont en attente d’un organe pour guérir ou survivre. Chaque semaine, 2 belges décèdent faute de trouver un organe disponible pour remplacer le leur. C’est donc un superbe acte de solidarité que de décider de son vivant d’être donneur de vie à son décès : il suffit de se rendre à l’Administration communale pour marquer son accord. Le don d’organes est gratuit et anonyme.

 

Quels organes peut-on prélever ?


1.    Chez les donneurs vivants
Le sang du cordon ombilical, la moëlle osseuse, le foie (prélevé en partie), le rein (un des 2 prélevés) 


2.    Chez les donneurs décédés en état de mort cérébrale confirmée
Le cœur, les poumons, le foie, les reins, le pancréas, l’intestin, les os, les tissus

 

Pourquoi est-ce primordial de faire part à sa famille de sa volonté d’être donneur de ses organes?


Quand le donneur vient à décéder, s’il a choisi d’être donneur, sa famille va très rapidement se mettre en action pour interpeller le corps médical afin que la volonté du donneur défunt soit exaucée. Et quand on sait que les organes doivent être prélevés dans les heures qui suivent le constat du décès, c’est très important d’agir rapidement. De plus, la famille qui vit un moment très douloureux suite à la mort d’un être cher va donner un sens à sa disparition, puisque le don de ses organes va permettre de sauver la vie d’autres personnes et, quelque part, permettre au défunt de continuer à vivre au travers d’eux.
 

Please reload

    © 2019 Institut Saint-Joseph Bastogne

    L'enseignement libre au coeur de l' Ardenne